Vision du futur

Une aide de jeu pour REVES Science-fiction de Florian Olivier.

Cette aide de jeu présente une vision réaliste d’un futur possible inspirée des œuvres de Philip K. Dick et d’Isaac Asimov.

En 2103 a eu lieu la Guerre Mondiale « Terminus » qui a bien failli éradiquer l’espèce humaine. Depuis, à l’humanité « normale », se sont ajoutés des êtres déformés ou hybrides, les Spéciaux. Certains développent des facultés psychiques dites « psi » comme la précognition (pouvoir visions), la psychocinétique (pouvoir télékinésie) ou la perception extra-sensorielle (pouvoir lire les pensées). Les Normaux émigrent vers Mars afin d’éviter de devenir des Spéciaux.

La phobie de devenir un Spécial est générale et accrue par la promiscuité dans les zones encore habitables. Par peur de la contamination microbienne ou radiative, toute forme de contact humain se raréfie, qu’il s’agisse de contacts sociaux (on reste chez soi, on habite sur son lieu de travail…) ou a fortiori de contact physique (on ne se serre pas la main, on ne touche pas son interlocuteur…). Les relations amoureuses, naturellement, se sont distendues : elles sont de plus en plus ponctuelles et médicalement protégées. Le couple devient un produit de consommation dont la valeur dépend de son degré de sûreté sanitaire. La structure familiale est totalement éclatée, chacun ou presque vivant seul. L’enfant est livré très tôt à lui-même et travaille vers 12 ans. Le travail est alors de 2h/ jour et passe à 4h/ jour après 16 ans, temps maximal autorisé (sauf exception).

Les habitations sont de forme carrée pour mieux concentrer et contrôler les gens et réduire le temps passé exposé aux dangers de l’extérieur. Beaucoup sont souterraines. Les bureaux sont d’abord aux centres des villes ; les logements, rares et chers, se relocalisent en banlieue. Les toilettes, douches et cuisines sont toujours collectives pour mieux contrôler ces foyers de contamination : les gens s’entassent pour survivre mais se fuient pour ne pas devenir fous. Il est très recommandé de sortir protégé des retombées de poussières radioactives afin de ne pas devenir un Spécial. La police est partout.

Vu les pertes immenses causées par Terminus et comme l’humain est sanitairement suspect, la loi impose, pour lutter contre la détresse psychologique, d’avoir au moins un animal vivant chez soi. En revanche, en posséder 2, alors qu’un de ses voisins ou proche n’en a pas, provoque une réaction de rejet.

L’Etat est dirigé par un triumvirat d’androïdes, gestionnaires performants, incorruptibles, dénués d’ambition personnelle : l’opposé du démagogue. Pour pallier le manque de bras, les « andros » se généralisent et sont de plus en plus difficiles à distinguer des humains. Par mesure de sécurité, leur programmation assure toutefois qu’ils ne peuvent passer ni le test de Voight-Kampff basé sur l’empathie, ni le test de Bonelli basé sur la vitesse d’une réaction réflexe spécifique. Le corps spécial des Spadambules traque ceux qui échappent à leur conditionnement ou se font passer pour de vrais humains… après s’être assuré qu’il ne s’agit pas d’humains psychotiques qui se prennent pour des andros !

Les armes à feu sont très réglementées :

  • un stage préalable de compétence et de maîtrise de soi en environnement virtuel est nécessaire,
  • les armes sont enregistrées sous l’identité de l’acheteur au moment de l’achat,
  • les armes nécessitent une empreinte digitale de leur possesseur afin de pourvoir tirer,
  • il faut un code pour activer une arme. Il reste actif durant une heure puis se désactive automatiquement. Il est aussi possible de le désactiver manuellement,
  • les balles tirées portent un code-barre imprimé par l’arme qui a tiré. Ce code-barre est intégré à l’arme au moment de sa fabrication.
Date de publication : 28 octobre 2010

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.