Vacances en Bretagne

Un scénario pour REVES Village gaulois par Julien Queinnec.

La vie se déroule tranquillement dans le village que nous connaissons bien quand un messager arrive avec un message urgent. Le chef convoque le conseil du village afin d’entendre le messager.

Celui-ci vient de la part de Tareçumonfax, un chef de village breton qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Il fait appel à l’aide des Gaulois du village car son fils, Faidelamotosancax, a été enlevé par les romains qui le tiennent prisonnier à Londinium et menacent de l’exécuter si le village ne se tient pas tranquille. Aussi pour le délivrer, il a préféré faire appel à des membres du village gaulois pour éviter que les romains ne le reconnaissent.

Le chef désigne les personnages pour exécuter cette mission. Le druide donne à chacun une gourde de potion magique (à l’exception bien entendu du livreur de menhirs qui est tombé dedans quand il était petit). Le poissonnier confie aux personnages son bateau afin qu’ils puissent traverser la Mare Britannicum.

Durant le voyage, si le meneur de jeu le désire, les personnages peuvent croiser le bateau des pirates, ce qui leur permettra de se détendre.

En Bretagne, les personnages peuvent soit se rendre d’abord au village breton, soit aller directement à Londinium. Dans le premier cas, ils trouveront Tareçumonfax effondré (il peine à garder sa lèvre supérieure rigide) et le commandement est plutôt tenu par Serveurvax, un cousin d’un des personnages. Celui-ci expliquera que Faidelamotosancax a été enlevé par une romaine patrouille alors qu’il faisait une digestive promenade après son eau-chaude de cinq heures : vraiment pas sport, quoi ? Il a sûrement été emmené à Londinium, où les romains ont des élite troupes. Les personnages doivent donc aller à Londinium y chercher Faidelamotosancax. Ils peuvent trouver des renseignements dans les auberges de Londinium. Ils apprendront que d’après les rumeurs, Faidelamotosancax a d’abord été enfermé à la Londinium tour mais qu’il aurait été déplacé dernièrement. Je dis, c’est plutôt contrariant, n’est-il pas ?

Si les personnages veulent savoir ce qu’est devenu Faidelamotosancax, ils vont devoir aller continuer leur enquête à la tour de Londinium. Soit ils essaient de se faire enfermer, soit ils se font passer pour des touristes (il peut être amusant qu’ils essaient de se déguiser en autre chose que des Gaulois : des Goths, par exemple), soit ils y vont en force. Finalement ils devraient apprendre que suite à la visite d’une importante romaine (Dolcegabanna, cousine par alliance de César), celle-ci a fait libérer l’enfant afin de l’amener à son palais dans la banlieue de Londinium. Les personnages vont devoir y aller. Après avoir frappé (sur la porte puis les gardes), on les laisse entrer. Là ils vont devoir convaincre la Romaine que l’enfant doit être élevé par ses parents et qu’il faut le libérer. Faidelamotosancax est typiquement breton : braies et tunique en tweed, langage châtié, batte en bois permettant de jouer à un sport incompréhensible, eau chaude à 5 heures, casque et torque au motif de son école, manières impeccables…

Après avoir ramené Faidelamotosancax à ses parents, on propose aux personnages une grande bataille contre les assiégeants romains pour leur montrer qu’on n’enlève pas impunément les enfants, quoi ? puis un banquet composé de bœufs bouillis à la menthe, de moutons bouillis à la menthe, de sangliers bouillis à la menthe… et de cervoise tiède. Ils peuvent préférer rentrer au village où un vrai banquet les attendra.

Date de publication : 28 octobre 2010